Apprentissage


Les problèmes d’apprentissage varient selon différents facteurs dont: l’intensité du trouble, la génétique et les conditions de vie. Ainsi, la capacité de l’acupuncture à les soulager sera également modulée en fonction de ces paramètres.

L’acupuncture soulage les différents symptômes liés aux troubles d’apprentissage via différentes techniques (dont certaines sans douleur). Les techniques utilisées seront choisies selon la personne, sa condition et ses préférences.

Vous venez de recevoir un diagnostic. Que vous le perceviez comme une condamnation, une explication ou un soulagement, importe peu car votre réalité reste la même. Il faut tout de même être conscient que cette étiquette n'est qu'une étiquette : ce n’est pas une condition immuable. C’est surtout une indication de ce sur quoi il faut travailler. Voici pourquoi :
  1. Une étude publiée dans l’American Journal of Psychiatry démontre que les médecins peinent à s’entendre pour le diagnostic de différents troubles. Et ce, même s’ils utilisent le même outil de référence. Donc, le diagnostic que vous avez reçu serait peut-être différent s’il avait été émis par un autre spécialiste.
  2. Les symptômes d’hyper-vigilance ou d’anxiété ressemblent beaucoup à ceux d’un TDAH. Il se peut donc qu’un stress prolongé, un accident ou un événement traumatisant soit à la source de vos difficultés.
  3. Peu importe l’origine de vos symptômes, il est possible de les modifier avec l’acupuncture.
 

Pourquoi ? Les nouveaux mots que notre médecine utilise pour qualifier ce que vous vivez n’influencent pas ce que la médecine chinoise fait très bien depuis 5000 ans.

Comment ? L’acupuncture équilibre l’activité des différentes zones du cerveau et influence la production de neurotransmetteurs. Elle calme ainsi l’hyperactivité, permet une meilleure attention, une mémorisation accrue et donc une plus grande facilité d’apprentissage. Tout ça, de façon sécuritaire et sans effet secondaire.  

Vous avez reçu une prescription ? Avant d’aller à la pharmacie, informez-vous sur le médicament offert. Par exemple, le méthylphénidate (Ritalin, Concerta, Biphentin) peut provoquer ou augmenter les risques des effets secondaires suivants:  
  • Risque de mort subite si associé à une activité physique intense. Il est donc très important de mentionner au médecin l’activité physique intense que vous pratiquez.
  • Risque de suicide
  • Psychose, hallucinations, comportement maniaque
  • Problèmes cardio-vasculaires, hypertension
  • Réduire la croissance à long terme
  • Obstruction gastro-intestinale
  • Anxiété, tics nerveux et crises convulsives
  • Provoquer une dépendance
  • Vision brouillée
  • Priapisme (érection involontaire et douloureuse pendant plusieurs heures)
 

Les impacts de ces petites pilules peuvent être terribles. Avant de choisir la médication, il est peut-être sage d’envisager une solution sans effet secondaire

Version imprimable avec références

Déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH)

Les troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique commun de plus en plus diagnostiqué (parfois à tort). On estime que les personnes souffrant de TDAH constituent entre 7% et 9% de la population. Au Québec, comme dans la plupart des pays occidentaux, le traitement privilégié est l’approche pharmacologique avec tous les effets secondaires que cela implique, notamment : maux de tête, irritabilité, douleur abdominale et perte d’appétit. Au printemps 2015, Santé Canada a ajouté le priapisme et la suicidalité à la liste des effets secondaires possibles du méthylphénidate (Ritalin, Concerta) , avis que l’on ne peut prendre à la légère.

Des études ont évalué l’impact que l’acupuncture peut avoir sur les symptômes liés au TDAH . Dans leur rapport, Lan et al. (2009) ont analysé 34 études totalisant 3167 enfants âgés entre 6 et 18 ans. Il ressort que l’acupuncture obtient des résultats similaires à la médication dans le traitement à court terme. La persistance des effets de l’acupuncture mesurée à trois et six mois après la fin des traitements est cependant nettement supérieure à celle du méthylphénidate sur une même période.

Difficultés d’apprentissage (problèmes de mémoire)

Certaines études se sont penchées sur l’impact de l’acupuncture sur les capacités de mémorisation et d’apprentissage dans différents contextes tels que le syndrome de fatigue chronique, les pertes de mémoire induites par un stress modéré, les enfants hospitalisés pour différents problèmes, les suites d’un AVC, etc. Il s’avère que l’acupuncture permet d’augmenter significativement les capacités d’apprentissage et de mémorisation.

Stress, anxiété, insomnie et dépression

Les problèmes de stress, d’anxiété, d’insomnie et de dépression s’entremêlent souvent chez les individus souffrant de l’une ou l’autre de ces affections. Ainsi, l’insomnie se retrouve généralement dans les tableaux de stress important, d’anxiété et de dépression. Les études allient donc souvent les problématiques sus-mentionnées.

La quantité de mélatonine sécrétée par l’organisme pendant la nuit est une mesure objective bien admise par le corps scientifique pour évaluer la qualité du sommeil et l’état psychologique (dépressif, anxiété). Une étude rapporte que l’acupuncture augmente la production de mélatonine nocturne réduisant ainsi l’insomnie et l’anxiété.

Le rôle que joue le BDNF dans les cas de stress et dépression est démontré par différentes recherches. Là encore, l’efficacité de l’acupuncture dans la modification des taux de BDNF prouve l’intérêt d’adjoindre cette approche au traitement de ces problématiques.

Les progrès de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) permettent de mesurer l’activité cérébrale et de comprendre son fonctionnement avec plus d’acuité que jamais. Différentes études récentes ont mesuré l’effet antidépresseur de l’acupuncture laser sur le cerveau. Diverses publications rapportent quant à elles les résultats prometteurs offerts par l’acupuncture (dont l’auriculothérapie et l’acupuncture laser) dans le traitement de l’anxiété et de la dépression.

Autisme

Des scientifiques se sont penchés sur la fonction de biomarqueur du facteur neurotrophique dérivé du cerveau (mieux connu sous l’appellation anglaise : Brain-Derived Neurotrophic Factor ou BDNF) pour les troubles du spectre de l’autisme. Il apparait que les cas d’autisme atypique (cas modérés) s’accompagnent de niveaux de BDNF significativement supérieurs au groupe contrôle. Les cas d’autisme typique (cas sévères) ne présentent cependant pas cette particularité. De plus, cette dernière étude a fait ressortir le potentiel curatif de la protéine BDNF et son rôle neuroprotecteur.

La capacité de l’acupuncture à activer le BDNF dans plusieurs troubles neurologiques, notamment l’hyperactivité, la dépression, les troubles bipolaires, la maladie d’Alzheimer et de Parkinson, a été également démontrée .

Par ailleurs, d’autres études prouvent l’efficacité de l’acupuncture à traiter les troubles du spectre de l’autisme en en mesurant les effets sous différents aspects (échelles de Ritvo-Freeman, Reynell, Griffiths, électroencéphalogramme, etc.) . On a également découvert une augmentation des capacités d’apprentissage et de mémoire chez des rats autistes suite à des traitements d’acupuncture.

Autres avantages de l’acupuncture

L’acupuncture, telle que pratiquée au Québec, est régie par l’Ordre des Acupuncteurs du Québec depuis 1995. Cet encadrement assure un niveau de qualité de par le fait que chaque acupuncteur doit rendre des comptes et respecter les lois entourant la pratique.

Une de ces lois stipule que les aiguilles utilisées doivent être stériles et à usage unique. Des règles d’hygiène et de salubrité sont aussi clairement définies afin d’assurer l’innocuité des traitements.

La formation offerte au Québec permet aux acupuncteurs de reconnaitre les signes et symptômes requérant une intervention médicale. Ainsi, l’acupuncteur sait, le cas échéant, référer ses patients à d’autres ressources. De plus, les dangers de poncture et la pratique sécuritaire sont mis de l’avant durant les 3 années de formation. Par conséquent, en plus d’être sécuritaire, l’acupuncture provoque peu d’effets secondaires et lorsqu’il y en a, ils sont le plus souvent passagers et bénins.

Cette médecine plusieurs fois millénaire traite des affections pour lesquelles la science occidentale s’avère parfois impuissante. Les névralgies faciales, la maladie de Raynaud et les acouphènes en constituent quelques exemples.

L’acupuncture soigne également, et cela sans effet secondaire, des problèmes pour lesquels l’occident n’offre que des médicaments avec tout ce que cela implique (effets secondaires, limitations alimentaires, etc.). Les troubles menstruels, les affections de grossesse (nausée, post partum), les inflammations (tendinite, musculaire, arthritique, etc.), les problèmes nerveux (dépression, anxiété) et les allergies en sont de bons exemples.

Limites des recherches scientifiques en acupuncture

Dans certaines recherches, l’écart entre les résultats positifs de l’acupuncture et l’acupuncture simulée (Sham Acupuncture) est faible. Cela s’explique en partie par le fait que l’introduction d’une aiguille sous derme, même si ce n’est pas sur un site de poncture reconnu par la médecine traditionnelle chinoise peut tout de même provoquer une réaction chimique (libération d’endorphines, entre autres). Dans le même ordre d’idées, maitre Tung, acupuncteur réputé qui a transmis les techniques développées par ses ancêtres depuis plusieurs générations, obtenait d’excellents résultats en utilisant d’autres points que ceux décrits traditionnellement . À tout bien considérer, comment s’assurer que les « faux points » le sont réellement.

Une particularité de l’acupuncture est le traitement personnalisé. En effet, pour un même problème, deux individus peuvent recevoir un traitement fort différent basé sur les spécificités de chacun d’eux. Cet aspect complique la recherche scientifique puisqu’il est difficile de mesurer de manière égale et rigide les effets d’un traitement spécifique chez plusieurs individus alors que plusieurs avenues sont possibles pour la même problématique. Ce qui explique que nombre d’études proposent des méthodes et des protocoles différents. Les résultats positifs obtenus par chacune de ces études démontrent l’efficacité de l’acupuncture. Mais la méta-analyse exige des recherches aux protocoles similaires si non identiques. Ainsi, une fois compilées et malgré des résultats individuellement très positifs, plusieurs études ne peuvent malheureusement pas, selon les critères scientifiques actuels, conduire à des conclusions positives. Ce qui, pour le moment, limite la production de méta-analyses concluantes.

Le dernier facteur qui explique le peu d’études scientifiques à grande échelle sur l’acupuncture est le manque de fonds. En effet, cette pratique médicale ne peut rapporter de somme considérable à aucune compagnie. D’où le peu d’intérêt qu’elle génère dans la réalité économique actuelle. De plus, l’obtention de résultats objectifs et crédibles exige l’utilisation de technologies coûteuses comme l’IRM, ce qui ajoute à la difficulté de réaliser des recherches valables suivant les standards scientifiques actuels...

Version imprimable avec références
À la session d’automne 2016, la DAERC du Collège Montmorency a offert un service d’acupuncture aux étudiants majeurs possédant un diagnostic lié à un trouble d’apprentissage. Les soins ont été offerts entre le 31 août et le 21 décembre. Sur les 180 rendez-vous possibles, 101 traitements ont été donnés à 18 étudiants.

Durant la journée Zen du 23 novembre, entre 10hres et 15hres, près de 90 étudiants ont bénéficié d’un protocole NADA (auriculothérapie). Comme des billes ont été utilisées plutôt que des aiguilles, le point Sympathique a été retiré du protocole. Ainsi, on a collé 8 billes dans les oreilles de chaque étudiant.

Données sur la journée Zen

Les étudiants ayant bénéficié d’un protocole NADA ont tout d’abord découvert que l’acupuncture pouvait être faite sans aiguille et ont apprécié leur expérience. La plupart des jeunes ont ressenti déjà une forme de calme s’installer en eux dès la fin du traitement.

En savoir plus

Définitions

TDA : difficulté à conserver une attention en qualité ou en durée. On qualifie souvent la personne atteinte de ce trouble de rêveur, distrait, oublieux, dans la lune. Cette difficulté de concentration crée souvent une anxiété à cause des conséquences du manque de concentration.
TDAH : en plus des caractéristiques du TDA, s'ajoute la difficulté à rester en place, à être calme. La personne atteinte bouge beaucoup même dans des situations inappropriées, parle souvent vite et trop, remue souvent les mains ou les pieds.
TDAI : en plus des caractéristiques du TDA, s'ajoute la difficulté à maîtriser les impulsions. La personne atteinte a du mal à attendre son tour, interrompt souvent les autres, agit ou parle promptement sans prendre le temps d’évaluer la pertinence ou la convenance.
Trouble qui affecte certaines fonctions cognitives, la capacité de communication et de socialisation. S’accompagne souvent de champ d’intérêts restreints ou de comportements stéréotypés.
Trouble sévère et envahissant dans le développement des interactions sociales et des capacités de communication
Trouble qui affecte surtout les relations sociales et la communication. On y retrouve souvent des champs d’intérêts limités et des comportements inhabituels. Faisait autrefois partie de la catégorie TED (trouble envahissant du développement)
Trouble de la planification et de la coordination des mouvements.
Trouble de la lecture qui rend difficile le décodage des mots écrits.
Trouble de l’écriture qui rend très difficile l’apprentissage de l’orthographe.
Trouble du langage qui entraîne des difficultés à exprimer oralement et comprendre le langage oral.
Trouble à comprendre et utiliser les nombres.
Classifié comme trouble ou état (TSPT ou ESPT), il est parfois mépris pour un déficit d'attention car on retrouve la difficulté de concentration et l'anxiété parmi les symptômes du stress post-traumatique. Pour plus d'informations consultez la section Général.


Au plaisir de participer à votre mieux-être !

Prendre un
rendez-vous